Choix des notes improvisation blues : gamme mineure pentatonique avec notes ajoutées

Par Pascal Mayrand, professeur de guitare pop-jazz au Cégep de Drummondville.

Plusieurs solos de blues tournent alentour de la gamme mineure pentatonique et/ou la gamme blues. Ces 2 gammes représentent en quelque sorte l’approche de base pour l’improvisation blues et rock. Cependant, plusieurs musiciens ajoutent d’autres notes à la gamme mineure pentatonique/blues pour plus de possibilités et de ‘couleurs’.

Les notes qui sont couramment ajoutées à la gamme mineure pentatonique/blues sont les degrés 2, 3 et 6. Ces degrés proviennent de la gamme majeure pentatonique.

Si prend par exemple la gamme mineure pentatonique dans la tonalité de Do/C et qu’on ajoute les degrés 2, 3 et 6, on obtient l’ensemble de notes suivant (les degrés sont entre parenthèses):

C(1) – D(2) – Eb(b3) – E(3) – F(4) – G(5) – A(6) – Bb(b7)

Cet ensemble de notes est applicable notamment sur une progression d’accord de type blues ‘majeur’ I7-IV7-V7 (exemple en Do: I7=C7, IV7=F7, V7=G7) mais aussi sur des ‘vamps’ ou des accords dominante 7 (ex. C7, C9, C13, etc.).

Voici un doigté basé alentour de la gamme mineure pentatonique avec les degrés 2, 3 et 6 qui sont ajoutés:

Voici un autre diagramme qui couvre plus de registre:

Il existe aussi d’autres positions mais ces 2 doigtés sont fréquemment utilisés et constituent un bon point de départ pour se familiariser avec l’ajout de notes dans la gamme mineure pentatonique/blues.

À noter aussi qu’il est préférable d’approcher ces doigtés comme un ‘ensemble’ de notes plutôt qu’une gamme ‘traditionnelle’ qui serait jouée et pratiquée de façon plutôt linéaire. Si vous jouez ces diagrammes comme une gamme, vous aurez vite fait de constater que ça sonne un peu étrange. La raison est qu’il a certaines choses à prendre en considération en ce qui concerne notamment l’utilisation du 3e degré (plus de détails à ce sujet plus bas).

À propos de ces doigtés:

  • Les chiffres représentent les degrés de la gamme.
  • Les degrés encerclés représentent la gamme mineure pentatonique. Comme mentionné précédemment, la gamme mineure pentatonique est souvent utilisée comme gamme ‘fondation’, comme approche de base pour l’improvisation blues et rock.
  • Les degrés encerclés représentent la gamme mineure pentatonique. Comme mentionné précédemment, la gamme mineure pentatonique est souvent utilisée comme gamme ‘fondation’, comme approche de base pour l’improvisation blues et rock.
  • Les ‘B’ représente la b5. Cette note est ajoutée à la gamme mineure pentatonique pour obtenir la gamme blues. La b5 crée une certaine tension et elle est généralement utilisée comme approche ou note de passage entre les degrés 4 et 5.
  • Les chiffres 2, 3 et 6 représentent les degrés qui sont couramment ajoutés à la gamme mineure pentatonique/blues.

À propos du degré 3, certaines particularités reliées à cette note :

  • Le degré 3 peut être approché par la b3, souvent avec un ‘hammer on’, un glissé ou un ‘bend’ de 1/2 ton. En fait, faire un bend graduel de ½ ou même de ¼ de ton à partir de la b3 est une inflexion ‘vocale’ caractéristique au blues. Cette inflexion vocale a été adaptée à la guitare et elle est couramment utilisée par les guitaristes de blues et de rock (voir les exemples plus bas).
  • En général, éviter de jouer le degré 3 sur l’accord IV7: ceci crée une dissonance qui n’est pas vraiment désirable avec certaines notes contenues dans l’accord IV7.

EXEMPLES:

Voici 3 exemples utilisant comme base la gamme mineure pentatonique/blues avec les degrés 2, 3 et 6 ajoutées. Pour chacun des exemples il y a lien pour un extrait audio : vous entendrez la phrase à la vitesse normale suivi de la même phrase ralentie à demi- vitesse (ceci permet d’entendre plus clairement certains petits détails et subtilités). L’analyse avec les degrés est indiquée en dessous des tablatures.

Exemple 1 : T-Bone Walker – ‘Papa Ain’t Salty’

Extrait audio

G Blues

Cette phrase ‘signature’ de T-Bone Walker qui a été reprise en partie par de nombreux guitaristes dont notamment Jimi Hendrix, Eric Clapton et Stevie Ray Vaughan. Elle est caractérisée par l’ajout des degrés 2 et 6 à la gamme blues. À noter les bends de ¼ de ton que l’on retrouve parfois sur la b3 (note Bb) pour un effet plus ‘vocal’.

Exemple 2 : T-Bone Walker – ‘Papa Ain’t Salty’

Extrait audio

G Blues

Une autre phrase de T-Bone Walker qui cette fois ajoute le degré 3 à la gamme mineure pentatonique. Notez la b3 qui approche le degré 3 (à 2 reprises). Encore une fois, les bends de ¼ de ton sur la b3 sont utilisés.

Exemple 3 : Eric Clapton – ‘I’m Tore Down’

Extrait audio

C Blues

Dans cette phrase on retrouve les degrés 2, 3 et 6 ajouté à mineur pentatonique.

POUR TERMINER

Il est certain que le choix des notes, en plus d’être basé sur des généralisations, constitue seulement qu’un des aspects techniques de l’improvisation blues. Le phrasé, le choix des notes en relation avec les accords, le bending, vibrato, le vocabulaire, etc. sont d’autres éléments importants qui concernent aussi l’improvisation blues.

L’important, est de toujours utiliser ses oreilles et son jugement pour expérimenter et intégrer différentes approches/techniques à son vocabulaire. Aussi, écouter et étudier différents musiciens pour voir leur approche pour l’improvisation permet de s’inspirer pour trouver de nouvelles idées. Tout ça dans le but de se développer un vocabulaire de phrases, de lignes, etc.

Ensuite, il suffit de jouer avec conviction et émotion!

(N’hésitez pas à faire part de vos commentaires ou questions.)

Laisser un commentaire